La Kinésiologie


La formation en kinésiologie en France est en train de se structurer.
Le minimum français pour être kinésiologue® est de 600 h pour les formatons commençant en septembre 2015 avec examen dans chaque matière.
Il faut savoir qu’en Europe le minimum est à 850 h en Suisse et 1000 h en Allemagne, (et en comparaison, 1200 h pour être naturopathe).  Il faudra bien rapidement arriver à ces niveaux européens si la kinésiologie veut être prise au sérieux.


Il y a actuellement deux types de formations :
a) les écoles
     - celles qui proposent une formation dans diverses branches de la kinésiologie avec des bases communes (environ 250 h) et des cours avancés différents pour dépasser les 600 h et des examens dans chaque matière. Il y en a peu en France. Certaines ont aussi un numéro d'enregistrement auprès de la DIRECCTE qui permet les prises en charge par des organismes).
     - celles qui enseignent les bases (environ 250 h avec ou sans examen) sans proposer des cours complémentaires ou pas assez pour arriver à 600 h. Il y en a un peu plus.
     - celles qui n’enseignent qu’une branche particulière de la kinésiologie sans forcément enseigner les bases ni les 500 h minimum,
     - et, parait-il, une formation par correspondance, ce qui semble un non-sens dans une technique où il y a beaucoup de pratiques et nécessité d’un travail sur soi qui ne sont réalisables qu’avec des partenaires.

b) les instructeurs individuels
     - certains n’enseignent qu’une ou deux techniques de bases (et donc loin d’arriver à 600 h et sans examen)
     - certains enseignent des techniques particulières sans forcément inclure ni les bases obligatoires ni les examens et n’atteignent pas toujours non plus les 600 h. Il y en a beaucoup.
Nota : souvent les instructeurs individuels s’appellent "écoles" alors qu'ils n'en ont ni structure ni le fonctionnement.

et trois organismes :
a) un syndicat national de kinésiologues® (SNK)
syndicat professionnel le SNK regroupe les kinésiologues® formés avec plus de 600 h et est chargé de protéger le nom de kinésiologue® et d’en limiter l’usage à ceux qui ont une formation de plus de 500 h avec examen dans chaque matière. Il est représentatif de la profession de kinésiologue® puisqu’il ne comprend que des professionnels régulièrement et officiellement installés.

b) une fédération des écoles (FEDEK)
elle regroupe des écoles proposant un cycle complet de plus de 600 h avec des examens et des intervenants nombreux et compétents dans leur domaine. Les formations proposées par ces écoles membres de la FEDEK sont validées par le SNK.

c) une fédération française de kinésiologie spécialisée (FFKS, association 1901)
peuvent y adhérer ceux qui touchent de près ou de loin à la kinésiologie (étudiants non encore complètement formés, instructeurs, retraités, sympathisants, …) Elle n’est donc pas représentative de la profession de kinésiologue®. Ses membres se disent "kinésiologue spécialisé" !!!

Voila rapidement la réalité de la kinésiologie en France à ce jour.




-------------



Lettre envoyée aux écoles et aux instructeurs de Kinésiologie en France, le 11 février 2010.

              Lyon, le 11 février 2010

 

Lettre aux écoles et aux instructeurs en Kinésiologie,

Je m’adresse à vous aujourd’hui en tant que Président de la Fédération des Écoles de Kinésiologie (FEDEK) puisque vous êtes instructeur ou directeur d’école de kinésiologie afin de vous présenter cette structure et son but. Si vous recevez cette lettre sans être l’un ou l’autre, merci de ne pas en tenir compte.

Le terme « école », pour la FEDEK, se définit selon les points suivants :
- être une personne morale (SARL, EURL, SA, …)
- avoir pour partie principale ou en totalité de son activité la formation en kinésiologie
- avoir un programme de formation de plus de 500 h (600 h en sept 2015) en kinésiologie et une documentation complète
- employer plusieurs instructeurs kinésiologues® qui pratiquent régulièrement
- avoir des locaux clairement définis et appropriés à la formation (en propre ou en location)
- respecter les lois et règlements en vigueur
- (avoir plus de 3 ans d’existence pour pouvoir adhérer à la FEDEK et la première année est une année probatoire).

L’avenir de la kinésiologie est directement lié aux orientations que les écoles de formation lui impulseront. Parmi les buts premiers des réunions préparatoires à la création de la FEDEK, il y avait :

- rechercher une harmonie constructive entre les écoles en acceptant les différences car il n’y a pas un profil type de kinésiologue® mais des pratiques différentes et donc des formations différentes
- instaurer des relations sereines entre les différentes écoles, sans querelle de clocher ni influences extérieures
- bâtir en toute sérénité les fondations sur lesquelles il serait facile de construire les bases d’un programme commun à tous les stagiaires
- rechercher les équivalences de cursus au niveau national pour aller vers une formation certifiante
- envisager un corpus de kinésiologie cohérent avec les autres formations européennes, 600 h n’est qu’un minimum appelé à évoluer vers 850 h ou 1000 h
- s’engager vraiment dans la formation en kinésiologie en dépassant le stade du développement personnel des stagiaires
- former à une nouvelle profession répondant à un nouveau besoin de nos contemporains
- faciliter les échanges inter-écoles par équivalences ou mises à niveau
- proposer des stages en communs pour les stages avancés
- faire circuler l’information et appliquer les réglementations en vigueur concernant les organismes de formation (conventions, code APE, feuille de présence, …) et le recrutement des formateurs (contrats, rémunérations, …)
- créer un site internet pour informer les futurs kinésiologues® des programmes définis par la FEDEK (http://www.fedek.fr/).                                                                                                              

Pour vous présenter en quelques mots l’historique de la FEDEK, les premières réunions qui ont conduit à sa création ont commencé en 1998 avec environ une dizaine de directeurs d’écoles. (Je n’étais pas à la première mais j’étais présent à toutes les autres).

Suite aux discussions régulières un certain nombre d’entre-eux ont cessé leur participation pour des raisons techniques : non personne morale, départ à la retraite, enseignement inférieur à 500 h de cours et peu de motivation pour augmenter le nombre d’heures, difficulté d’employer d’autres intervenants et/ou réticences à incorporer dans leur cursus des matières devenant obligatoires (anatomie, physiologie, examen, …). Pour lever toute ambiguïté, il faut savoir que la FEDEK n’a jamais « éliminé » personne mais a cherché  et cherche encore à ce qu’il y ait plus d’écoles en kinésiologie.

Cela a conduit les 3 écoles restantes de ces discussions à déposer les statuts de l’association FEDEK le 29 octobre 2001 avec parution au JO le 8 décembre 2001.

Dans un but de cohérence dans la formation des kinésiologues®, il nous a paru essentiel de l’organiser. Les objectifs de la FEDEK sont, suivant ses statuts :

a) de fédérer les écoles de kinésiologie remplissant les conditions ci-dessus

b) de créer un cursus commun à ces écoles pour assurer une formation minimum à tous les kinésiologues® issus de ces écoles

c) d’établir des normes d’enseignement de la kinésiologie afin d’aboutir à une reconnaissance professionnelle

d) de faire respecter un code éthique de l’enseignement de la kinésiologie et un code déontologique de la pratique kinésiologique

e) de concevoir ou réaliser toute opération destinée à créer, développer, promouvoir la kinésiologie et ses applications et les moyens qu’elles utilisent,

f) de mettre en oeuvre tous les moyens et techniques permettant une meilleure adaptation de l’homme à son environnement, et de faciliter la kinésiologie et ses applications dans les structures où il travaille et/ou avec lesquelles il travaille, ainsi que dans ses loisirs et sa vie privée,

g) de réaliser des opérations de communication, de production audiovisuelle et utiliser tous supports de communication,

h) de mettre au point les méthodes et les moyens d’enseignement les plus appropriés, d’effectuer à ce sujet les études et recherches nécessaires et d’en assurer la diffusion et la promotion,

i) de mettre en relation le monde de la kinésiologie avec le monde de la formation, des entreprises et de l’enseignement,

j) de former et de perfectionner du personnel de toutes qualifications appartenant ou non à des entreprises.

La FEDEK a défini un programme minimum commun aux écoles membres pour la formation des kinésiologues® (les noms des matières sont les noms donnés par les inventeurs ; chaque école pouvant les renommer en mentionnant les correspondances) :

Les cours de kinésiologie et d’anatomie-physiologie sont validés dans les 600 h de formations. Les autres cours, les ateliers et les examens sont comptabilisés en plus des 600 h. Les redoublements ne sont pas comptabilisés.

Ce programme est celui admis par le Syndicat National des Kinésiologues® (SNK) pour la reconnaissance du titre de kinésiologue®.

1 - les bases de l’enseignement de la kinésiologie

Liste des cours du niveau de base obligatoires à tout kinésiologue® :
- Santé par le Toucher                        (8 jours)
- 3 concepts en 1                                 (20 jours)
- Brain Gym 1 + 2 + 3                            (7 jours)                         

Autres matières obligatoires (des équivalences sont possibles suivant la formation du stagiaire) :
- Anatomie - Physiologie

Autres matières (non inclues dans les 600 h) :
- Ateliers de pratique                           (au moins un dans chaque matière)
- Examen du niveau de bases de la kinésiologie

(théorie et pratique avec présentation d’études de cas)

2 - le niveau avancé de l’enseignement de la kinésiologie (complément aux 600 h de kinésiologie)

Le contenu des cours est laissé au libre choix des écoles dans la liste ci-dessous, pour élargir la palette des stagiaires.

Les écoles proposent un choix conséquent de techniques kinésiologiques différentes pour dépasser largement les 600 h de formation en kinésiologie et c’est à l’étudiant à se spécialiser dans celles qu’il voudra.

Le complément aux cours de bases pour atteindre les 600 h ne peut pas être réalisé exclusivement dans une seule technique kinésiologique.

              Techniques kinésiologiques par ordre alphabétique (comptant dans les 600 h) :
                - Adaptogénèse
                - Aura Kinésiologie
                - Kinésiologie Hypertonique
                - Kinésiologie Éducative "Cercles de Vision” et "7 Dimensions”
                - Kinésiologie Harmonique
                - Kinésiologie Périnatale
                - Kinésiologie Relationnelle
                - Physiologie Appliquée (Applied Physiology)
                - PKP
                - SIPS
                - Stress Release
                - "3 concepts en 1” avancé …
                - et tout autre enseignement pouvant être validé              

              Autres matières de deuxième niveau :
                - Anatomie - Physiologie             

              Matières non inclues dans les 600 h :
                - Gestion - Législation
                - Techniques de Relation d’aide              (psychologie, …)
                - Ateliers de pratique (au moins un dans chaque matière suivie)
                - Examen du deuxième niveau                 (théorie et pratique avec présentation d’études de cas)
                - Mémoire de certification de kinésiologue®

3 - le troisième niveau de l’enseignement

Pour ceux qui ont déjà suivi plus de 600 h de cours en kinésiologie, ce niveau comprend soit des techniques avancées soit des formations complémentaires.

              Techniques kinésiologiques de niveau complémentaire :             
                - Kinésiologie Hypertonique avancée
                - Physiologie Appliquée avancée
                - SIPS avancé
                - Supervision
                - et tout autre enseignement pouvant être validé

              Formations complémentaires non considérées comme kinésiologiques (non validées par la FEDEK) mais utiles aux kinésiologues® :
                - Constellations familiales              - Décodage biologique                     - Neuro-intégration
                - Être ou ne pas être                      - Psychogénéalogie                         - NST
                - Psychopathologie                          - Techniques cranio-sacré              - Spyralik                            - …

La FEDEK valide les formations en kinésiologie (minimum 600 h), les autres matières obligatoires et les examens. Pour respecter la législation française et les prises en charge des organismes de formation, la journée est comptabilisée pour 7 h de formation.

Chaque école doit clairement annoncer dans son programme les cours agréés par la FEDEK avec leur nombre d’heures et les cours non-agréés.

En conclusion, Kinésiologue® est un métier qui mérite une formation la plus complète possible avec des bases solides et des validations communes.

Je rappelle que lorsque les autorités compétentes veulent valider une formation, elles vérifient les programmes des écoles et reconnaissent telles ou telles écoles et non pas le cursus particulier de l’étudiant (voir les ostéopathes récemment !).

Aujourd’hui, je souhaite, en tant que Président de la FEDEK, qu’il y ait plus d’écoles de kinésiologie et propose :
            - aux écoles existantes de devenir membre de la fédération des écoles de kinésiologie,

- aux formateurs indépendants :
          - de créer leur propre école (comme définie ci-dessus)
          - de s’associer avec d’autres instructeurs et de construire une école commune
- aux écoles n’assurant pas encore les minima requis de devenir membre-probatoire en attendant de devenir membre à part entière.

Toutes ces écoles et futures écoles seront bienvenues à la FEDEK.
Un dossier de candidature vous sera envoyé sur simple demande.

Kinésiologiquement vôtre,

              Maurice PITT
              Président de la FEDEK